La dermopigmentation au service de la beauté

Grâce à la science, à la médecine et la technologie, de nombreuses techniques ont été inventées et mises au service de la beauté. La dermopigmentation fait partie de ces techniques médicales qui permettent de satisfaire au mieux les besoins esthétiques. C’est une méthode à la fois esthétique et réparatrice pour la peau.

Dermopigmentation : une méthode inspirée du tatouage traditionnel

La première dermopigmentation aurait apparu en Allemagne vers 1835. Appelée également dermographie, tatouage médical ou encore tatouage non définitif, cette technique consiste à introduire une substance colorée dans le derme, la partie assez profonde de la peau. L’objectif, c’est de pouvoir « dessiner » sous la peau un motif visible qui est souvent semi-permanent. La durée de tenue d’une dermopigmentation est de 2 à 4 ans au maximum.

Le praticien utilise un outil appelé dermographe et des aiguilles stériles très fines à usage unique. Les produits utilisés sont des pigments médicaux de nature minérale ou organique. Des produits sans danger pour la peau et, évidemment, certifiés par le Ministère de la Santé. Déclinés en une gamme complète de teintes, les pigments peuvent être mélangés afin d’obtenir la bonne teinte correspondant à la couleur de la peau d’un patient. La dermopigmentation peut être pratiquée par des professionnels de l’esthétique, mais surtout par les médecins et les infirmières ayant suivi des formations.

La dermopigmentation dans le domaine de l’esthétique

Comme soin esthétique, la dermopigmentation concerne généralement le visage et a toujours été assimilée à du maquillage permanent. En effet la technique permet par exemple de redessiner les sourcils, les contours des lèvres, de donner une teinte unique aux lèvres comme on fait avec les rouges à lèvres, d’avoir aussi un rendu ombré sur les paupières, de tracer des eye-liners, voire de créer des grains de beauté. Tous ces actes esthétiques se font souvent dans des instituts de beauté, réalisés par des dermographes professionnels.

Lors d’une consultation préalable, les praticiens effectuent une analyse morphologique du visage afin de bien comprendre les besoins du patient et la faisabilité de la dermopigmentation. L’acte esthétique peut être commencé dès la première consultation, mais d’autres séances sont souvent nécessaires pour avoir un bon résultat. La dermopigmentation esthétique n’est pas douloureuse. Une crème anesthésiante est toujours appliquée sur le visage ou sur la zone à traiter. 

La dermopigmentation comme chirurgie réparatrice

La dermopigmentation est surtout utilisée comme chirurgie réparatrice. Elle permet par exemple de masquer des cicatrices et les stigmates d’un accident ou d’une grave maladie, de redessiner les auréoles des seins après une chirurgie, de masquer des zones dépigmentées de la peau suite à une brûlure, etc. D’autres variantes plus spécifiques de dermopigmentation existent également, comme la kératopigmentation qui permet de teinter la cornée de l’œil ou encore la dermopigmentation capillaire appelée trichopigmentation.

Avant de recourir à la dermopigmentation, bien qu’elle soit généralement une technique bien tolérée, des précautions sont toujours à prendre. Il est recommandé de toujours demander l’avis de son médecin, car la dermopigmentation ne doit pas être pratiquée sur des femmes enceintes ou allaitantes, sur des patients ayant des allergies graves ou des maladies infectieuses telles que les hépatites, le sida, etc. Il faut savoir également que la prise d’anti-inflammatoire ou d’anticoagulant peut entraîner de grave saignement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *