Jardinage : les erreurs à ne pas faire

Tout le monde rêve d’un beau jardin verdoyant et bien garni. Et bien que le jardinage ne requiert pas forcément un savoir-faire particulier, il y a différentes règles techniques à connaître. Sur ce point, voici les erreurs classiques que font les nouveaux jardiniers.

 

Omettre l’analyse de sol

Beaucoup pensent que l’on peut jardiner n’importe où tant que l’on dispose d’un espace suffisant. Mais cela est une grande erreur. Il faut savoir que la nature et la composition du sol peut varier d’un endroit à un autre, même dans une même cour. Sans avoir fait une analyse préalable du sol, il peut être difficile de connaître si ce dernier dispose des nutriments nécessaires à la bonne croissance et au développement des plantes. Dans ce sens, on ne peut non plus savoir ce qu’il faudra lui apporter en termes d’engrais professionnel pour combler les besoins des végétaux. Par ailleurs, la composition du sol peut changer au fil des années. De ce fait, l’analyse de celui-ci devra être faite de façon annuelle ou tous les deux ans.

 

Ne pas utiliser de compost

Ceux qui disposent d’un terrain potentiellement riche font souvent abstraction de ce dernier et laissent le sol tel qu’il est. Mais au fil du temps, la productivité de la terre se trouvera en baisse progressive et perdra en fertilité. Pour éviter cela, il faudra restituer les nutriments du sol en apportant de la matière organique décomposée : le compost. En plus de nourrir la terre, il assure une meilleure rétention de l’humidité et améliore le drainage.

 

Le compost est un produit facile à trouver dans les magasins dédiés au jardinage. On peut aussi le fabriquer soi-même. Pour cela, il suffit d’exploiter les déchets de cuisine et de jardinage.

 

Arroser les feuilles

Une erreur que beaucoup font encore, c’est l’arrosage aérien. En pensant qu’arroser les feuilles les aideront à ne pas flétrir ou s’assécher, on risque de faire du gaspillage en termes d’eau. En effet, les gouttelettes qui s’y déposent s’assèchent facilement sous l’effet du vent. Par ailleurs, un excès d’eau sur les feuilles construit un terrain favorable au développement des champignons et d’autres microbes nuisibles.

 

La meilleure manière d’arroser est de le faire au niveau du sol. Pour apporter une quantité d’eau suffisante, sans surplus, le système goutte à goutte est à préconiser. Ainsi, la plante bénéficie d’un apport en eau optimal directement au niveau des racines. Pour ceux qui utilisent un tuyau, l’arrosage devra être planifié en matinée pour éviter l’évaporation lorsqu’il fait chaud.

 

Ne pas faire de lutte antiparasitaire

Lorsque le terrain est en apparence propre et sans insectes, on omet souvent de faire des luttes antiparasitaires. Pourtant, en fonction de la nature des plantes, les parasites peuvent survenir au moment où l’on s’y attend le moins.

 

La lutte antiparasitaire ne relève pas uniquement de l’utilisation de produits chimiques. Ces derniers sont nuisibles pour l’environnement. On peut utiliser des solutions naturelles ou même favoriser les insectes et les oiseaux utiles. L’utilisation d’un fort jet d’eau peut aussi éliminer les parasites. Mais attention à ce que cela ne nuise pas à la plante elle-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.